eric@ericnadot.com Nadocyte / Les rendez-vous (maj:08/04/2001) Retour page d'accueil

Les archives des Rendez vous : année 2000

Le 16 décembre je suis allé voir "Grand Jacques" un spectacle sur Jacques Brel. C'est un pari de chanter du Brel, ce pari est réussi (à mon avis) par un homme de théatre qui n'est donc pas un chanteur et qui a mis en scène la parole de Brel. Cela se déroule comme une répétition, entre les chansons qui illustrent leurs propos, les 3 artistes citent Jacques Brel. J'ai beaucoup aimé. Alain Bézu, avec au piano Philippe Davenet et à l'accordéon Bertrand Lemarchand.
Anne Sylvestre
était à l'Auditorium St Germain
(salle splendide) 5 semaines du 7 novembre au 9 décembre 2000 :

 
3 ans après avoir fêté ses "40 ans de chansons", au cours desquels elle avait coutume de dire "40 ans , et ce n'est pas fini !", Anne Sylvestre revenait avec un nouveau CD et un nouveau spectacle : "Partage des eaux" qui évoque les eaux qui nous abreuvent, celles qui nous baignent, et jusqu'à celles que nous pleurons. J'ai adoré, à conseiller vivement à tous, chansons superbes, éclairages magnifique, pianistes incomparables, trop bien.
Emma la Clown, qui devrait être mondialement connue à mon avis, a ouvert le spectacle tous les soirs. Ensuite la première partie était assurée par Marie-Claire SEGUIN (7 au 18 nov), Claudine LEBEGUE (20 au 25 nov), Ariane DUBILLARD (27 nov au 3 déc) et enfin Agnès BIHL (du 4 au 9 déc)
Ariane DUBILLARD, une interprête qui conjugue à merveille ses talents de chanteuse et de comédienne, pour éclairer à sa façon avec humour et conviction les chansons d'Hervé Suhubiette, Michel Arbatz, Roland Dubillard, Anne Sylvestre ... Agnès BIHL : Quand Anne Sylvestre chantait "la patience des graines" celle ci n'était pas née. Anne nous a demandé de ne pas la juger et de ne pas lui coller d'étiquette. Elle ne laisse pas indifférent. La graine a germé, les fruits vont mûrir. Claudine LEBEGUE : caractère, énergie, humour. Elle a débuté dans le métro où elle a enchanté toutes les correspondances. De la chanson "réaliste", mais pas que du triste ... Elle passe régulièrement au Limonaire, j'irai la revoir.
Serge Utgé-Royo : nouveau disque nouveau spectacle
Le lundi 27 novembre au Trianon (Paris)
Une voix en or, un artiste humain, sincère, souriant et grâve.
Le refus de penser que les chansons ne servent qu'à faire passer le reste... Le désir têtu de parler de toutes les couleurs de la vie, les grises, les blanches, les noires et les rouges...
En première partie il y avait Annie Papin et Jean-Luc Debattice qui chantaient Jules Jouy
et aussi Bruno Daraqui interprétant Gaston Couté
Bernard Joyet :
Vendredi 3 novembre 2000 à Gentilly (94).
Bernard Joyet est un auteur immense, chanté par Juliette, Francesca Solleville. Il a pioché dans ses chansons et dans celles des autres pour fabriquer ce spectacle, il est accompagné au piano par J-L Beydon.

Jean Guidoni et Hervé Suhubiette au Festi'Val de Marne :
samedi 14 octobre 2000

Il y a 10 ans que je n'avais pas vu Guidoni, beaucoup de caractère,
c'était bien lui. J'ai eu un peu de mal car je découvrais quasiment la totalité du spectacle. Les textes sont très travaillés, pas faciles d'accès, il faut être en forme pour suivre. Son talent n'est pas en cause, ceux qui l'aiment l'ont aimé, ceux qui ne l'aiment pas n'auraient sans doute pas changé d'avis, et ceux qui comme moi ne connaissaient pas ce spectacle ont du ramer un peu.
Venons en à ce qui m'a décidé à sortir de chez moi : Hervé Suhubiette a chanté 7 ou 8 chansons avant Guidoni. Découverte totale, je ne connaissais rien du tout. Il est très rare de voir une première partie de cette qualité. Textes, musiques, présence sur scène, interprétations musicales, humour, émotion. J'attends avec impatience d'en voir et entendre plus. Il y a un CD en souscription je vais participer. Vous pouvez le trouver sur ce site : bon de souscription Hervé Suhubiette

Melting Potes soutenait le Café Ailleurs le mardi 2 octobre 2000. Haurogné, Lacouture et Garcia en grande forme, le Café Ailleurs pas assez rempli. Comment exliquer qu'après 7 ans de boulot acharné, quand un spectacle de cette qualité vient sur la petite scène d'Ailleurs, la salle ne soit pas pleine à craquer ?? Henri de Montréal, on s'est ratés ce soir là, mais toi tu venais de si loin ! Le spectacle est écrit pour une salle et une scène bien plus vastes. Mais la magie était là, l'humour et la convivialité toujours au premier plan, la voix d'Haurogné toujours aussi magnifique, secondée pour l'occasion par Haïm Isaacs et ses compères. Les deux potes vont poursuivre leur carrière chacun de leur côté, si ce spectacle ressort de temps en temps des cartons, courrez-y, c'est un des meilleurs que je connaisse.
Pour vous tenir au courant.
Joël Favreau chantait Brassens au Toutour jusqu'au 9 septembre 2000.
Un plaisir à ne pas rater. Favreau qui chante Brassens, c'est comme pour Maxime, c'est authentique et musical, trahison impossible, la vie de l'oeuvre est prolongée.
J'y suis allé jeudi 7 à 15h30, quel bon moment! J'avais oublié ce qui était évident pour moi il y quelques années : Les chansons de Brassens c'est sympa de les écouter mais c'est tellement mieux de les chanter. C'est précisément le but de Joël Favreau chanter en faisant chanter la salle. Il le dit dès le début : "si vous en avez envie allez y ça ne me gènera pas, ça me fera plaisir". Cela donne un spectacle très chaleureux, très intime, très agréable. Les chansons défilent, on chante avec lui, il fait même une seconde voix (à défaut de seconde guitare) sur certains refrains. Il y a deux inédits qui sont aussi sur le dernier disque de Joël Favreau. En discutant avec lui, après le spectacle, il m'a dit que certains soirs il a un accordéoniste avec lui et qu'ils s'en donnent à coeur joie.
Le jeudi 7 septembre je suis allé au Limonaire : l'artiste? c'était une surprise, on n'en savait rien. Vu le choix des noms annoncés sur leur site j'ai pris le risque. Et je suis tombé sur Pierre Louki : quels trésors dans son répertoire !