Nadocyte / Juliette Salle Gaveau (maj:03/04/2004)
 
Retour Page d'accueil | Retour Spectacles | Juliette sur le net
 

Le premier avril 2004 je suis allé voir Juliette Salle Gaveau à Paris.

J'aurais du me méfier !

Je roulais tranquilement, j'étais à l'heure et j'arrivais près de la place de la concorde.
J'ai eu un des plus gros chocs de ma vie : je me suis fait braquer dans ma bagnole par un flic en patins à roulettes (on n'y croit pas hein ?). Je ne roulais presque pas (redémarrage à un feu), il est arrivé comme une fusée, s'est mis devant ma voiture et pour que je ne lui fonce pas dessus (je fais ça tous les jours faut dire, écraser les poulets en patins sur la rue de Rivoli) il me braque avec son pistolet à eau (euh non justement, pas "à eau", un vrai qui fait peur surtout après en pensant que ça aurait pu baver). Et qu'il faut que je me gare et qu'il me demande hystérique de baisser ma vitre et de lui donner mes clefs et de poser mes mains sur le tableau de bord ... Gloups.
Tout essouflé il sort son portable de sa poche et appelle ses potes : "je pense que je le tiens !!!!"
Il me demande mes papiers ... "heu ... ils sont dans le coffre dans mon sac à dos ...
- Bougez pas, mains sur le tableau de bord !
- Qu'est ce qui se passe ? j'ai fait quoi ? "
Il m'a gardé 10 minutes, le temps que ses collègues arrivent pour lui dire qu'il avait bon sur la couleur du véhicule (rouge) mais pas sur le type (moi 206, ils coursaient une 106) et puis sur le genre de conducteur non plus: c'était une conductrice chauffarde qui avait déboité dans tous les sens et pris la fuite à fond la caisse en risquant d'écraser certains de ses collègues à vélo qui ont lancé la chasse ... (il était speed le mec, c'est rassurant on se sent protégé !). Vous pouvez repartir. Merci pour votre compréhension !!
Je suis arrivé pour Juliette avec 1/4 d'heure de retard sur ce que j'avais prévu parce qu'après tout a foiré, je me suis trompé de route, j'ai trouvé une place bien plus loin du théâtre que je ne l'imaginais etc ....
Bon ! Juliette : grosse impression. Pas surpris, je connaissais le personnage mais je ne l'avais pas encore vue sur scène. Une présence phénomènale, j'ai eu du mal avec certaines chansons ... la tête un peu encombrée. Je me suis régalé avec celles que je connaissais déjà et avec la mise en scène. La révision des 20 ans : décor de garage, des pneus sur la scène, tous les musiciens et elle en bleu de travail, une petite de Joyet par ci, une de Pierre Philippe par là et puis celles de Juliette au milieu. Une superbe "paresse" accompagnée par les 5 musiciens (polyvalents) aux bidons. Une reprise des "Loups ouh ouh ouh sont entrés dans Paris". Des bla-bla délires sur ses débuts au piano (moi j'aime bien ces délires là), une déclaration fracassante : elle fait de la chanson parce que ça rapporte beaucoup d'argent. Chanson française parce qu'elle ne parle que le français, mais en fait la Chanson Française elle s'en tamponne, 20 ans d'arnaque : elle n'aime que le Tango Argentin ... les habitués on compris. Ca roule tout seul, le temps passe très vite, le public aux anges... Tiens je n'ai croisé personne que je connaissais, il y a donc un public pour la chanson en dehors des gens que je croise un peu partout régulièrement ? Elle a raison Juliette, ça doit rapporter un max ... c'était plein.
Je me suis dit un peu amer que ce public là ferait le même triomphe à Xavier Lacouture (mais je ne suis peut-être pas objectif).
A la fin j'ai repris ma voiture, je suis rentré, il était tard et pourtant j'ai eu du mal à m'endormir. Malheureusement je n'étais plus avec Juliette : je voyais le pétard (du flic) braqué sur moi. Merci de m'avoir lu (écouté) pendant ces minutes de psy par internet.


eric@ericnadot.com Nadocyte (maj:03/04/2004) Retour Page d'accueil